menu

l'Europe s'engage à Mayotte

Les fonds européens : une opportunité pour les projets mahorais !

Accueil

Programme Ritsowonana : accompagnement individuel aux jeunes adultes isolés.

Objectif spécifique 10.9.2.1 –  » Augmenter l’insertion des jeunes en difficulté par l’accompagnement social et le placement familial ».

L’objectif du Programme Ritsowonana est de proposer aux jeunes adultes en grandes difficultés d’insertion un accompagnement individuel par l’inter-médiation d’un « référent adulte » qui pourra le renseigner sur les dispositifs existants sur l’ile, rétablir le contact avec les structures d’accompagnement du CCAS et autre à Sada, identifier les besoins et les souhaits des jeunes, ainsi que faciliter leur intégration.

Le programme vise à :

– identifier et former des parrains qui seront des « adultes référents » pour les jeunes en grandes difficultés d’insertion sociale et économique;

– développer des kits avec des « outils » et supports d’informations ;

– mettre en place un dispositif d’accompagnement et de suivi de la relation jeune/parrain et de l’accompagnement individuel du jeune.

– informer 100 jeunes et lancer une première campagne en 2016 auprès de 30 jeunes. 20 « adultes référents » ou parrains seront identifiés et formés. 2 agents du CCAS seront les coordinateurs du programme en association avec le Directeur du Programme de prévention spécialisée M’sayidié de Mamoudzou.

Après 2016, des actions d’ajustement seront menées sur la base de cette première année d’expérimentation avant le lancement d’une seconde campagne auprès de 30 nouveaux jeunes. Sur les trois prochaines années, le CCAS de Sada aura donc lancé une centaine d’accompagnements individuels de jeunes en difficultés d’insertion.

Principales actions

– Action 1 : Création d’un réseau de Parrains (« adultes référents pour un tutorat des jeunes)

Action 1.1 : identifier les parrains à Sada via des entretiens individuels. Une liste de critères de sélection et de pré-requis sera élaborée en lien avec les services sociaux du Conseil Départemental qui a déjà mis en place un dispositif de tutorat.

Action 1.2 : Création d’un kit de supports d’information sur tous les dispositifs d’aide sociale et sessions d’informations/formations pour les parrains sur les techniques d’accompagnement et de prise de contact avec les jeunes (« A Faire » et « A ne pas faire »)

Action 1.3 : mise en place d’une plateforme de suivi entre le CCAS et les parrains

Action 2 : Organisation du dispositif de suivi individuel des jeunes

Action 2.1 : Création d’un référentiel de tous les dispositifs mis en place par les partenaires de l’Observatoire des Mineurs isolés (OMI), afin de faciliter l’orientation des jeunes

Actions 2.2 : Formation de 2 agents du CCAS à l’accueil et la prise en charge individuel des jeunes

Actions 2.3 : Mise en place d’outils de suivi du parcours individuel des jeunes entre le CCAS et ses partenaires par un bilan socio-éducatif ( santé, familial, socialisation, savoirs de base et compétences, motivations, éloignement de la formation et de l’emploi), voir par la présentation au pôle emploi pour l’insertion économique.

Action 3 : Évaluation du dispositif et mesures correctives

Action 3.1 : Rencontres entre les parrains, les agents du CCAS et certains représentants des partenaires de l’OMI comme la fondation Auteuil pour un retour d’expérience

Action 3.2 : Évaluation qualitatives et quantitatives du programme : identifications des améliorations et ajustements à apporter selon le public ciblé.

Action 3.3 : Recommandations et préconisations pour le lancement d’une seconde campagne en 2017.

Publics cibles:

Sont visés d’une part les jeunes adultes en difficultés d’insertion (hommes et femmes) de moins de 26 ans en situation de marginalisation sociale ou rencontrant des difficultés psychosociales (addictions et souffrances psychiques) d’autre part les salariés ou retraités qui ont une empathie à accompagner les jeunes dans un objectif d’insertion et de prévention de la récidive

Résultats attendus:

– identification et formation de 20 parrains,

– prise de contact avec 100 jeunes en grandes difficultés d’insertion,

– 30 jeunes accompagnés au cours de 2016

– 30 jeunes intégrant un dispositif de formation de stage ou d’orientation professionnelle

– Participation de 100% des adultes référents et du personnel du CCAS au séminaire

Une assistance technique sera apportée par la Fondation Auteuil qui gère plusieurs centres et mène un programme similaire à Mamoudzou. Cette assistance vise la formation des agents de Sada, une aide à former les parrains, des conseils relatifs à la mise en place d’indicateurs de suivi individuel.

Sada souhaite apporter une réponse aux conséquences sociales de l’isolement des jeunes en allant à la rencontre des adultes isolés, en relayant les dispositifs existants d’aide à l’insertion socio-économique ainsi qu’en favorisant la réinsertion des jeunes dans la société grâce aux relations intergénérationnelle

Pérennisation et diversification de l’exploitation pédagogique du lycée agricole de Coconi avec maintien des emplois existants

4.1.1 Modernisation des exploitations agricoles et des groupements d’agriculteurs

« La transition agro-écologique est en œuvre au lycée de Coconi », annonce fièrement le bulletin du lycée agricole.

Le fil conducteur du projet de Coconi est « autonomie et biodiversité ». Il se décline en 3 actions qui sont essentielles mais pas si simples à mettre en œuvre à Mayotte. La première consiste à travailler vers une autonomie en fourrage pour les élevages. Plutôt que de déplacer les animaux ou de ramener des broussailles coupées dans la brousse (sur le modèle des « buissons ambulants » véhiculés en scooter), les élèves et les équipes de l’établissement ont créées de nouvelles parcelles plantées de canne fourragère ou de panicum. Une façon de montrer qu’une exploitation peut se développer avec une multi-activités tournée vers l’élevage.

L’expérimentation du miel

La 2e action visait à étudier les possibilités d’autonomie en eau et en électricité des poulaillers. L’exemple, ce sont les poulaillers de Valarano, déjà pourvus d’un système de récupération et de traitement des eaux de pluies. Ils seront prochainement équipés de panneaux photovoltaïques pour assurer une certaine indépendance énergétique.

Enfin, l’objectif de la 3e action était de réfléchir à diversifier les productions en luttant contre l’érosion de la biodiversité et des sols. Et on reparle du miel ! La filière apiculture de Mayotte qui avance doucement vers une structuration pourrait en être un bon exemple. Déjà, plusieurs essaims sauvages ont été récupérés depuis le début de l’année, et réinstallés dans deux ruches expérimentales installées dans l’établissement.

Lutter contre les insectes sans produits toxiques

Et Mayotte a d’autres actions à mettre en avant pour des productions responsables. L’agriculture mahoraise est par exemple impliquée dans le dispositif DEPHYFerme qui a pour objectif de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires d’ici 2025 (plan national Ecophyto). Il s’appuie sur les exploitations agricoles pour produire des produits et des méthodes de substitution.

Un exemple en outre-mer pour les légumes

C’est ainsi que notre département a créé en 2015 le 1er réseau établi outre-mer pour la production de légumes et 10 exploitations se sont portées volontaires pour participer. Là encore, l’exploitation du lycée est « ferme pilote » de ce dispositif, animé par Thomas Chesneau, également en charge de l’atelier maraîchage de Coconi.

La journée professionnelle a été organisée pour diffuser auprès des producteurs une méthode de lutte agro-écologique contre les mouches des cucurbitacées (concombres, courgettes, melons…). Testée au lycée agricole et à la station de Dembéni, elle repose sur des actions simples à mettre en œuvre pour éviter les pesticides. Au lycée de Coconi, on a raison : la transition agro-écologique semble bel et bien lancée !

Modernisation et sécurisation de l’EARL Kanga Maore

Type d’opération 411: « Modernisation des exploitations agricoles et des groupements d’agriculteurs »

Portrait:

En 2007, Valérie Ferrier et son compagnon Laurent Guichaoua ont créé Kanga Maoré, une entreprise agricole de produits maraîchers et fruitiers commercialisés en paniers. Ils ont obtenu le prix régional Talents des Dynamiques rurales pour leur réussite. Pour diffuser en grande distribution, ils se spécialisent alors dans la production de salades et choux, fruits de la passion, papayes solo et ananas. Tout en continuant les paniers à plus petite échelle pour leurs clients particuliers.

Professionnalisation d’un système d’élevage bovin

Type d’opération 4.1.1 « Modernisation des exploitations agricoles et des groupements d’agriculteurs »:

Les systèmes de production mahorais connaissent à l’heure actuelle des contraintes fortes de production. Parmi elles, figurent le manque d’équipement des exploitations (absence de bâtiment, travail du sol manuel) qui freine la production et la commercialisation des produits et accentue la pénibilité du travail. L’enclavement des parcelles représente également un point de blocage majeur pour la production et la commercialisation des produits agricoles : l’accès aux parcelles est aggravé par le mauvais état et l’impraticabilité des pistes en saison des pluies.

partagez ce contenu

sur facebook sur twitter sur linkedin par email imprimer