menu

l'Europe s'engage à Mayotte

Les fonds européens : une opportunité pour les projets mahorais !

Accueil

Construction de l’hôpital de Petite Terre

Développer l’offre de services sanitaires et médico-sociaux à Mayotte.

C’est la création d’une unité de soins afin de palier à l’absence d’offre de soins de suite et de réadaptation (SSR) à Mayotte.

Le seul recours jusqu’à présent était les structures de SSR à la Réunion situé à 1400 km.

Ce projet permettra de développer l’offre de services sanitaires et médicaux sur le territoire mahorais.

Il permettra d’optimiser les plateaux techniques de médecine et de chirurgie.

De diminuer le recours aux structures SSR de la Réunion pour les patients mahorais.

Programme Ritsowonana : accompagnement individuel aux jeunes adultes isolés.

Objectif spécifique 10.9.2.1 –  » Augmenter l’insertion des jeunes en difficulté par l’accompagnement social et le placement familial ».

L’objectif du Programme Ritsowonana est de proposer aux jeunes adultes en grandes difficultés d’insertion un accompagnement individuel par l’inter-médiation d’un « référent adulte » qui pourra le renseigner sur les dispositifs existants sur l’ile, rétablir le contact avec les structures d’accompagnement du CCAS et autre à Sada, identifier les besoins et les souhaits des jeunes, ainsi que faciliter leur intégration.

Le programme vise à :

– identifier et former des parrains qui seront des « adultes référents » pour les jeunes en grandes difficultés d’insertion sociale et économique;

– développer des kits avec des « outils » et supports d’informations ;

– mettre en place un dispositif d’accompagnement et de suivi de la relation jeune/parrain et de l’accompagnement individuel du jeune.

– informer 100 jeunes et lancer une première campagne en 2016 auprès de 30 jeunes. 20 « adultes référents » ou parrains seront identifiés et formés. 2 agents du CCAS seront les coordinateurs du programme en association avec le Directeur du Programme de prévention spécialisée M’sayidié de Mamoudzou.

Après 2016, des actions d’ajustement seront menées sur la base de cette première année d’expérimentation avant le lancement d’une seconde campagne auprès de 30 nouveaux jeunes. Sur les trois prochaines années, le CCAS de Sada aura donc lancé une centaine d’accompagnements individuels de jeunes en difficultés d’insertion.

Principales actions

– Action 1 : Création d’un réseau de Parrains (« adultes référents pour un tutorat des jeunes)

Action 1.1 : identifier les parrains à Sada via des entretiens individuels. Une liste de critères de sélection et de pré-requis sera élaborée en lien avec les services sociaux du Conseil Départemental qui a déjà mis en place un dispositif de tutorat.

Action 1.2 : Création d’un kit de supports d’information sur tous les dispositifs d’aide sociale et sessions d’informations/formations pour les parrains sur les techniques d’accompagnement et de prise de contact avec les jeunes (« A Faire » et « A ne pas faire »)

Action 1.3 : mise en place d’une plateforme de suivi entre le CCAS et les parrains

Action 2 : Organisation du dispositif de suivi individuel des jeunes

Action 2.1 : Création d’un référentiel de tous les dispositifs mis en place par les partenaires de l’Observatoire des Mineurs isolés (OMI), afin de faciliter l’orientation des jeunes

Actions 2.2 : Formation de 2 agents du CCAS à l’accueil et la prise en charge individuel des jeunes

Actions 2.3 : Mise en place d’outils de suivi du parcours individuel des jeunes entre le CCAS et ses partenaires par un bilan socio-éducatif ( santé, familial, socialisation, savoirs de base et compétences, motivations, éloignement de la formation et de l’emploi), voir par la présentation au pôle emploi pour l’insertion économique.

Action 3 : Évaluation du dispositif et mesures correctives

Action 3.1 : Rencontres entre les parrains, les agents du CCAS et certains représentants des partenaires de l’OMI comme la fondation Auteuil pour un retour d’expérience

Action 3.2 : Évaluation qualitatives et quantitatives du programme : identifications des améliorations et ajustements à apporter selon le public ciblé.

Action 3.3 : Recommandations et préconisations pour le lancement d’une seconde campagne en 2017.

Publics cibles:

Sont visés d’une part les jeunes adultes en difficultés d’insertion (hommes et femmes) de moins de 26 ans en situation de marginalisation sociale ou rencontrant des difficultés psychosociales (addictions et souffrances psychiques) d’autre part les salariés ou retraités qui ont une empathie à accompagner les jeunes dans un objectif d’insertion et de prévention de la récidive

Résultats attendus:

– identification et formation de 20 parrains,

– prise de contact avec 100 jeunes en grandes difficultés d’insertion,

– 30 jeunes accompagnés au cours de 2016

– 30 jeunes intégrant un dispositif de formation de stage ou d’orientation professionnelle

– Participation de 100% des adultes référents et du personnel du CCAS au séminaire

Une assistance technique sera apportée par la Fondation Auteuil qui gère plusieurs centres et mène un programme similaire à Mamoudzou. Cette assistance vise la formation des agents de Sada, une aide à former les parrains, des conseils relatifs à la mise en place d’indicateurs de suivi individuel.

Sada souhaite apporter une réponse aux conséquences sociales de l’isolement des jeunes en allant à la rencontre des adultes isolés, en relayant les dispositifs existants d’aide à l’insertion socio-économique ainsi qu’en favorisant la réinsertion des jeunes dans la société grâce aux relations intergénérationnelle

Renforcement du dispositif d’accueil de l’aide sociale à l’enfance

: Professionnaliser les infirmiers de la PMI par l’accès à la spécialité de puériculteur. Ce projet entre dans l’objectif spécifique 10.9.4.2 –  » Accroitre les compétences et la professionnalisation des équipes au contact des besoins sociaux de la population ».

Le nombre d’infirmiers spécialisés en puériculture au sein des PMI est insuffisant alors qu’il s’agit d’une obligation réglementaire et Il y a un « turn over » important au niveau de ces personnels. La majorité des infirmiers spécialisés ne sont pas de la région et ne restent pas sur le territoire plus de 2 ans. C’est pourquoi, en septembre 2016, l’IFSI va ouvrir la première promotion d’étudiants puériculteurs sur le département.

A travers un conventionnement avec l’IFSI, le Conseil Départemental veut permettre aux infirmiers exerçant en PMI de se former à la profession de puériculteur. La formation des infirmiers spécialisés tiendra compte des réalités et perspectives de l’exercice professionnel.

Aussi, l’objectif de ce projet est de permettre aux infirmiers exerçant en PMI de monter en compétences et d’asseoir leur pratique professionnelle dans le domaine des soins dispensés aux enfants. Ces compétences seront validées par un diplôme d’État.

Résultats attendus
  • Formation de 6 infirmiers ( 4 femmes et 2 hommes) .100% des participants auront réussi leur formation et obtiendront leur diplôme d’État en puériculture. Ils deviendront des infirmiers spécialisés en puériculture.

 

Calendrier de réalisation
  • – 04/12/2015 au 17/02/2016 : Préparation du concours
  • – 18/02/2016 et du 05 au 17/04/2016 : épreuves de sélection permettant de suivre la formation
  • – Septembre 2016 : entrée en formation
  • – 25/08/2017 : fin de formation par l’obtention du diplôme

 

Sensibilisation, Accueil, Accompagnement et formation (ante et post création) de demandeurs d’emploi, à la Création d’entreprise

Dans le cadre de l’axe 7, opération spécifique 7.8.3.6 -« Augmenter la création d’entreprises pérennes par les personnes les plus éloignées du marché du travail et notamment par les femmes », ce projet projet consiste à accueillir, accompagner et suivre des porteurs d’un projet de création d’entreprise, dans une situation sociale et professionnelle difficile et plus précisément des demandeurs d’Emploi.
Ce projet, porté par BGE, s’étend sur 24 mois, et se déroule en plusieurs actions:

– L’ACCUEIL:
du 1er juin 2016 au 31 Mai 2018 –
L’accueil se fait tous les jours durant les 2 années.
Nombre publics ciblés : 350 personnes par an
– L’ACCOMPAGNEMENT:
du 1er juin 2016 au 31 Mai 2018 –
L’accompagnement se fait tous les jours durant les 2 années.
Nombre publics ciblés : 350 personnes par an
– LE SUIVI POST-CREATION:
Chaque demandeur d’emploi bénéficie de 2 suivis physique de 4h par an ainsi de 2 suivis téléphonique d’une heure maximum par an 120 personnes suivis par an.
Ce qui correspond à : une première vague de suivi du 1er juin au 30 novembre 2017 / Suivi n°2 du 1er décembre 2016 au 31 mai 2017
Le suivi de la deuxième année sera de même: du 1 juin 2017 au 30 novembre 2017 et suivi numéro 2 du 1er décembre 2017 au 31 Mai 2018.
– SENSIBILISATION A LA CRÉATION D’ENTREPRISE VIA LE BUS DE LA CRÉATION D’ENTREPRISE:
37 actions de sensibilisation chaque année, soit au total 74 actions durant les deux années. Les actions auront lieu du 1er Août 2016 au 30 Avril 2017 et pour la tournée Bus de la deuxième année elle aura lieu du 1er septembre 2017 au 30 Avril 2018
– FORMATION DIRIGEANT:
10 Sessions de formations collectives auront lieu tout au long de chaque année. De Septembre 2016 à Mai 2017 et de même de Septembre 2017 à Mai 2018 à raison de 10 personnes par session.
– TUTORAT FÉMININ:
2 sessions annuel de tutorat seront organisés. 1 par semestre où seront conviés des créatrices d’entreprises de divers secteurs ainsi que des futures créatrices d’entreprise.
Public:
Demandeurs d’emploi et entreprises de moins de 3 ans
Résultats:
– Accompagnement 180 personnes ( 50 femmes 130 hommes)
– Accueil :150 personnes 200 personnes (80 femmes et 120 hommes)
– Bus de la création : 280 personnes ( 80 femmes, 200 hommes)
– Suivi : 60 personnes ( 20 femmes, 40 hommes)
– Formation : 40 personnes (8 femmes et 32 hommes)

 

partagez ce contenu

sur facebook sur twitter sur google plus sur linkedin par email imprimer