menu

l'Europe s'engage à Mayotte

Les fonds européens : une opportunité pour les projets mahorais !

Accueil

Renforcement et réhabilitation des réseaux d’eaux pluviales

Le type d’opération 7.2.1 « Investissements dans la gestion des eaux pluviales et la sécurisation des voiries ».

Mayotte fait face à des fortes pluies tropicales et à un phénomène d’érosion important.
Les réseaux et ouvrages de gestion des eaux pluviales sont insuffisants, ce qui provoque à la fois des risques importants pour la population et constitue un facteur de dégradation de la qualité des eaux superficielles et du lagon.
Six communes ont déjà engagé ou terminé un schéma directeur de gestion des eaux pluviales et d’autres s’apprêtent à le faire. Les travaux de gestion des eaux pluviales ont été étudiés, hiérarchisés et répondent à un réel besoin pour améliorer le cadre de vie dans les bourgs. Par ailleurs, les villages composant les communes de Mayotte sont souvent dépourvus d’équipements destinés à assurer la sécurité et le confort des usagers de la voirie.
Cette opération vise à améliorer la gestion des eaux pluviales et les cheminements piétonniers par deux leviers d’action :
– Créer ou optimiser des ouvrages de gestion des eaux pluviales pour éviter les débordements sur la voirie et l’espace des piétons
– Créer des ouvrages de sécurisation des piétons à proximité des lieux fréquentés par le public

AMO pour la conception et la réalisation de la STEP des eaux usées de Petite Terre – Phase Etudes

La présente demande de subvention porte sur la partie « ETUDES » de la mission d’AMO pour la Conception Réalisation de la station d’épuration localisée sur la commune de Dzaoudzi – Labattoir dans la perspective de la mise en place d’une première tranche d’ouvrages d’assainissement.
Le périmètre d’étude comprend toutes les localités des communes de Petite Terre : Dzaoudzi-labattoir et Pamandzi. Le choix du site pour l’implantation de la station répondant au le meilleur compromis économique, environnemental et d’exploitation fait partie de la mission de l’AMO. Le point de rejet des eaux traitées est également à définir dans le cadre des études de la mission d’AMO.

CONTEXTE ET HISTORIQUE
Les communes de Dzaoudzi – Labattoir et Pamandzi en Petite Terre font partie des communes jugées prioritaires en matière d’assainissement d’eaux usées compte tenu à la fois de leur contexte urbain, de leur situation sanitaire et des contraintes imposées par l’Europe pour les agglomérations d’assainissement de plus de 10 000 habitants.

Dans ce cadre, le SIEAM avait lancé dès 2004 les études pré-opérationnelles d’assainissement d’eaux usées de cette région qui ont fait état de la nécessité de construire une station d’épuration intercommunale de 30 000 habitants de capacité pour l’horizon 2030 avec les collecteurs d’assainissement afférents afin de traiter les effluents de cette zone.

Les récentes études de niveau AVP de 2013 prévoient l’implantation de la future station et son émissaire sur le site des Badamiers sur Petite-Terre pour deux raisons :
Son éloignement par rapport à la prise d’eau en mer de Pamandzi,
La possibilité pour ce site d’envisager un rejet dans l’océan (pour préserver le lagon).

Toutefois, ce site présente le désavantage de nécessiter une chaîne de transfert de plus de 3 km sans réel intérêt puisque les secteurs traversés sont classés en ANC au zonage d’assainissement.

En vue d’optimiser financièrement le montant du programme, le SIEAM souhaite étudier un site plus proche des zones urbaines pour l’implantation de la future STEP : le site de l’ancienne carrière du secteur de Totorossa (côté vasière des Badamiers).

L’objectif est donc de confier les études d’analyse de site, définition des modalité et du point de rejet des eaux traitées et la définition du programme fonctionnel à un AMO pour la Conception et Réalisation de la STEP dans la perspective de la mise en place d’une première tranche d’ouvrages d’assainissement dès 2020.

Ces travaux permettront de raccorder à la station d’épuration plusieurs zones déjà pourvues de collecteurs d’assainissement et en attente d’un exutoire ou équipées de mini stations présentant de dysfonctionnements récurrents.

DESCRIPTION DU PROJET
Le périmètre d’étude comprend toutes les localités des communes de Petite Terre à savoir Dzaoudzi – Labattoir et Pamandzi.
Le programme, faisant l’objet de la présente demande de subvention concerne les missions d’études technique jusqu’à la l’assistance à la passation des marchés de conception – réalisation pour la première tranche de travaux (avant horizon 2020) de :
De la station d’épuration d’eaux usées de 10 000 EHm (extensible à 30 0000 EHm à terme – capacité à repréciser) pour les communes de Petite Terre. La filière proposée devra intégrer le traitement de l’azote, du phosphore et une désinfection,
La construction d’un émissaire de rejet en mer (point de rejet à définir) et la mise en place d’un protocole de suivi du milieu,
La création d’une piste/voirie d’accès au site retenu pour la STEP depuis la route principale,
l’électrification HTA et BTA de la station, l’alimentation en eau potable et raccordement au réseau France Télécom.

Objectifs recherchés :
– Réduire l’insalubrité dans les villages des communes de Petite Terre.
– Protection de l’environnement et du lagon de Mayotte.
– Répondre aux besoins de la population en terme d’urbanisation selon le plan de zonage et le PLU en vigueur sur les communes concernées.
– Optimiser le fonctionnement des ouvrages de traitement existant

Travaux de renforcement de la chaine de transfert des eaux usées de Mamoudzou vers la STEP du Baobab – Tranche 4 –

Le projet prévoit la reprise de la chaîne de transfert entre Majicavo-Lamir et Kawéni, et la reprise de la chaine de transfert « Sud » depuis le terre-plein de Mtsapéré jusqu’à la station d’épuration de Baobab.

Les objectifs poursuivis sont :
-Mise en conformité réglementaire du réseau de transfert des eaux usées : la Directive Eaux Résiduaires Urbaines (DERU) s’applique désormais sur le territoire, depuis que Mayotte est devenue Région ultrapériphérique en 2014. Conformément à la directive 2013/64/UE du 17 décembre 2013, les efforts d’équipement et de mise en conformité doivent prioritairement porté sur les communes de plus de 10 000 habitants, puis sur les communes de plus de 2 000 habitants.
-Mise en place des ouvrages et équipements de pompage sécurisés en accord avec les échéances de débits à court, moyen et long terme.
-Développement du réseau de collecte
-Suppression des ouvrages obsolètes
Le FEDER intervient pour accroître les capacités de collecte et de traitement des eaux usées en amplifiant les efforts déjà réalisés visant à augmenter les capacités de collecte et de traitement des eaux usées de la commune de Mamoudzou (création de réseaux structurants de collecte, raccordement des immeubles sur le territoire public) .

Travaux de renforcement de la chaîne de transfert des eaux usées de Mamoudzou vers la station d’épuration du Baobab (Tranche 3)

Ce projet vise à la:
– Mise en conformité réglementaire du réseau de transfert des eaux usées
– Mise en place des ouvrages et équipements de pompage sécurisé en accord avec les échéances de débits à court, moyen et long terme
Résultats attendus :
– Sécurisation
– Facilité de gestion

– Création d’un bassin de stockage en entrée de la station d’épuration du Baobab d’une capacité de 1 000 m3
– Création d’un nouveau poste de refoulement (PR) Méga : 1 poste de refoulement. Gamme de pompage : 115 m3/h par temps sec, 240 m3/h par temps de pluie
– Création du nouveau transfert entre le PR Méga et le PR Carla d’une longueur de 905 ml
– Création du PR ZI Nell et transfert : 240 m3/h par temps de pluie
– En tranche conditionnelle : optimisation au niveau du PR MJC et refonte de l’architecture de collecte et de transfert jusqu’au rond point du Baobab

partagez ce contenu

sur facebook sur twitter sur google plus sur linkedin par email imprimer