menu

l'Europe s'engage à Mayotte

Les fonds européens : une opportunité pour les projets mahorais !

AccueilZoom surBrûler ses déchets verts est interdit

Les actualités

Brûler ses déchets verts est interdit

Publié le 06 janvier 2017 dans la rubrique Communiqués, Information générale

A Mayotte comme dans le reste de la France, brûler ses déchets verts est interdit. Alors que la ville de Mamoudzou a récemment entrepris une large campagne de sensibilisation de la population à la collecte des déchets verts, un petit rappel ne nous parait pas inutile.

A Mayotte, les déchets verts constituent un énorme problème. Si les pouvoirs publics essaient d’informer la population depuis des années, les habitants sont malheureusement de plus en plus nombreux à brûler les déchets verts…

Manque d’information concernant la collecte ? Pratique ancestrale et culturelle ?

Le fait est que les habitants sortent leurs déchets verts dans l’espace public à tout moment ; leur dépôt génère de nombreuses nuisances comme la création de dépôts sauvages, les ordures ménagères déposées à côté des déchets verts, les animaux errants qui éventrent les sacs.

Ces désagréments pèsent sur les habitants qui finissent par les brûler !

Les résultats du dernier Baromètre des déchets© réalisé par Insidens , sont sans appel : le pourcentage de personnes interrogées qui les brûlent ne cesse d’augmenter au fil des ans, au point qu’il a doublé cette année.

Or, dans un contexte de forte chaleur comme la plupart de l’année à Mayotte, le brulage peut provoquer des incendies. Outre ce risque, cette pratique est dangereuse pour la santé et l’environnement (émission de monoxyde de carbone ou encore dioxyde de carbone). Les particules issues du brûlage de déchets verts véhiculent des composés cancérigènes, dont la toxicité est accrue lorsque les bois ont été traités. Les particules dégradent la qualité de l’air, et la combustion pollue les sols. Enfin, les déchets verts lorsqu’ils sont brûlés relâchent le dioxyde de carbone (gaz à effet de serre favorisant le réchauffement climatique) qu’ils ont absorbé grâce à la photosynthèse. Cette pratique entraîne donc un dégagement de diverses substances nocives pour la santé comme l’environnement, et empêche la valorisation de ces matières.

Brûler 50 kgs de déchets verts rejette autant de polluants qu’un parcours de 9 800 kms effectué avec une voiture diesel récente en circulation urbaine ou 37 900 kms avec une voiture essence (source Lig’air). La pollution aux particules fines nous affecte tous, puisqu’en moyenne, elle réduit notre espérance de vie (à 30 ans) de 8,2 mois et le coût individuel de cette pollution est estimé entre 400 et 500 €/an.

A Mayotte, outre cette pollution olfactive et nuisible à notre santé, ce brûlage des déchets verts détériore de façon pérenne le territoire, la faune et la biodiversité si unique de notre île !

partagez ce contenu

sur facebook sur twitter sur google plus sur linkedin par email imprimer